Navigez parmi les exemples d'utilisation via les boutons ci-dessous :



Influence de la pandémie de Covid-19 sur les réseaux de soins privés en Europe
Une étude récente de SHARE révèle que les enfants adultes s'occupent de plus en plus de leurs parents et que la santé mentale de ces aidants est mise à rude épreuve. En outre, un bénéficiaire de soins sur cinq a déclaré avoir des difficultés à recevoir des soins !


  • Un bénéficiaire de soins sur cinq a déclaré avoir eu des difficultés à recevoir des soins depuis le début de la pandémie.
  • Les personnes ayant des difficultés à recevoir des soins ont signalé un plus grand nombre d'annulations de traitements médicaux par elles-mêmes en raison de leur crainte d'une infection par le COVID-19.
  • Plus d'un enfant aidant sur deux âgé de 50 ans et plus a signalé une augmentation de la prestation de soins personnels à ses parents en raison du COVID-19.
  • Les enfants aidants qui ont augmenté leurs activités de soins en raison du COVID-19 se sont sentis deux fois plus souvent dépressifs et anxieux que ceux qui n'ont pas augmenté leurs soins envers leurs parents.
(Mars 2021) Éloignement physique et restriction de rester à la maison - depuis le début de l'année 2020, la pandémie de COVID-19 change notre vie quotidienne. La pandémie affecte fortement les personnes du monde entier de différentes manières - en particulier celles qui ont besoin de soins personnels ou qui en dispensent. En Europe, un pourcentage élevé de personnes reçoit des soins à domicile. Les personnes âgées comptent souvent sur l'aide des membres de leur famille ou de personnes extérieures au foyer. En raison des mesures de maîtrise de la situation sanitaire mises en place dans la quasi-totalité des pays européens, les prestataires de soins officiels ont dû réduire leur offre de soins, ce qui a entraîné une réduction des réseaux de soins et une augmentation de la responsabilité des soignants privés - qui devaient déjà faire face à une forte pression avant la pandémie.

Une nouvelle étude de Michael Bergmann et Mélanie Wagner du Centre de Munich pour l'économie du vieillissement (MEA) se concentre sur la façon dont la pandémie influence la situation des soins informels à travers l'Europe pendant la première phase de la pandémie au printemps 2020 pour faire face aux défis des aidants et des bénéficiaires de soins.

Augmentation de la quantité de soins prodigués par les enfants adultes aux parents

L'étude montre que la quantité de soins personnels prodigués aux parents a augmenté dans toute l'Europe, tandis que la quantité de soins personnels prodigués aux autres, en particulier des parents à leurs enfants (adultes), a diminué. Selon les pays, entre 42% (États baltes) et 58% (Europe de l'Est) de tous les enfants aidants ont déclaré une augmentation des soins personnels prodigués à leurs parents depuis le début de la pandémie, ce qui signifie qu'en moyenne, plus d'un enfant aidant sur deux a déclaré une augmentation.

Augmentation de la charge mentale des soignants

En outre, les résultats montrent clairement que les aidants (par rapport aux non-aidants) se sont plus souvent sentis déprimés et anxieux à la suite de la pandémie et des mesures de santé publique qui l'ont accompagnée. Ce résultat était encore plus marqué chez les enfants aidants qui ont augmenté leurs activités d'aidant depuis le début de la pandémie. Dans ce groupe, près de 30 % ont indiqué se sentir plus fréquemment déprimés et près de 40 % anxieux. Ces deux valeurs étaient environ deux fois plus élevées que chez les aidants qui n'avaient pas augmenté leurs activités de soins envers leurs parents. Ce sont surtout les aidants des pays fortement touchés d'Europe du Sud et des États baltes qui ont signalé un nombre élevé de problèmes de santé mentale. Cependant, la santé physique générale ne semble pas être affectée.

La santé physique et mentale des bénéficiaires de soins se dégrade également

Les chercheurs ont en outre constaté que le fait de recevoir des soins était associé à une détérioration de la santé physique et mentale : Par rapport aux non-bénéficiaires de soins, les bénéficiaires de soins ont indiqué que leur état de santé physique général s'était considérablement dégradé. Les bénéficiaires de soins ont également déclaré plus souvent se sentir déprimés, anxieux et seuls. Mais : Par rapport aux aidants, la pandémie affecte dans une moindre mesure la santé mentale des bénéficiaires de soins.

En moyenne, un bénéficiaire de soins sur cinq a signalé des difficultés à recevoir des soins depuis le début de la pandémie

Globalement, environ 21 % de l'ensemble des bénéficiaires de soins ont déclaré avoir eu des difficultés à recevoir des soins. Cette proportion était de loin la plus élevée dans les pays d'Europe du Sud : Dans ces pays, plus d'un bénéficiaire de soins sur trois a déclaré avoir eu des difficultés à recevoir des soins depuis l'apparition de la pandémie, tandis qu'en Europe de l'Est, cette proportion était inférieure à un sur dix.

Traitements médicaux annulés

Dans l'ensemble, les bénéficiaires de soins n'ont pas indiqué une aggravation de leur situation en ce qui concerne la poursuite des traitements médicaux prévus, par rapport aux non-bénéficiaires de soins. Cependant, en distinguant les bénéficiaires de soins ayant des difficultés à recevoir les soins dont ils ont besoin de ceux qui n'en ont pas, les chercheurs ont constaté que ceux qui percevaient des difficultés ont déclaré avoir annulé beaucoup plus de traitements médicaux en raison de leur crainte d'une infection par le COVID-19. Il existe également des différences entre les pays : Les chercheurs ont constaté que les annulations individuelles étaient plus nombreuses dans les pays d'Europe du Sud, qui ont été fortement touchés par la première phase de la pandémie.

La pandémie a accru les problèmes inhérents aux soins dans toute l'Europe

Les résultats révèlent une charge accrue pour les deux parties - soignants et soignés - en raison de la pandémie. Globalement, l'étude montre que la pandémie de COVID-19 a un impact considérable sur les réseaux de soins informels. Elle montre clairement l'ampleur de la charge à laquelle les aidants sont exposés en ce qui concerne les effets non intentionnels des mesures de contrôle épidémiologique et, en même temps, suggère un grand besoin au sein de cette population pour des interventions réduisant efficacement la charge ainsi que les symptômes d'anxiété ou de dépression afin d'éviter d'autres conséquences.

L'étude combine les données de la vague 8 de SHARE, des vagues précédentes et de la nouvelle enquête SHARE-Covid, menée durant l'été 2020 auprès de plus de 50 000 personnes âgées de plus de 50 ans, afin d'étudier comment les aidants et les bénéficiaires de soins vivant à domicile font face à la situation. La combinaison des deux ensembles de données offre la possibilité d'enrichir les analyses avec des informations contextuelles cruciales sur la situation du répondant avant la pandémie et nous permet de mieux comprendre les effets d'une pandémie mondiale.

En raison de l'évolution rapide de la situation pandémique, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement les conséquences de la pandémie en Europe.



Étude réalisée par Michael Bergmann et Melanie Wagner (2021) The Impact of COVID-19 on Informal Caregiving and Care Receiving Across Europe During the First Phase of the Pandemic. Front. Public Health 9:673874. doi: 10.3389/fpubh.2021.673874.

URL: https://doi.org/10.3389/fpubh.2021.673874

Cet article a été traduit de l'anglais au français. Cliquez ICI pour le lire en version originale.

Photo : Adobe Stock / aerogondo