Navigez parmi les exemples d'utilisation via les boutons ci-dessous :



Rester en forme physiquement et mentalement
Des chercheurs observent un effet apaisant de l'activité physique, même modérée, sur la dépression.


(Avril 2021) Dans le monde entier, la dépression est l'une des principales causes de la baisse de la qualité de vie et de l'espérance de vie, ainsi que des coûts de soins de santé. L'un des facteurs de risque de la dépression est une faible activité physique - ce qui signifie que les personnes concernées ne pratiquent même pas d'activités physiques modérées, telles que le jardinage, au moins une fois par semaine - comme le démontrent les chercheurs dans leur récente étude. Une faible activité physique est associée non seulement à des effets négatifs évidents sur la santé physique, mais aussi sur la santé mentale, car s'abstenir de pratiquer des activités physiques telles que des cours de gymnastique ou des promenades en groupe signifie également moins d'occasions de socialiser. C'est pourquoi les chercheurs appellent à prendre en compte les avantages physiques et psychologiques de l'activité physique dans l'élaboration de stratégies de santé publique destinées à lutter contre la dépression.

Activité physique et symptômes dépressifs dans la base de données SHARE

Les chercheurs ont utilisé un échantillon représentatif de près de 65 000 personnes âgées de 17 pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Italie, Luxembourg, Pologne, Portugal, République tchèque, Slovénie, Suède et Suisse) et d'Israël qui ont participé à la sixième vague de l'enquête SHARE. Les participants à l'enquête ont répondu à des questions sur leur bien-être physique et mental, sur la fréquence et l'intensité de leur programme de fitness ainsi que sur leur situation socio-économique lors d'entretiens en face à face. Les chercheurs ont fait la distinction entre les adultes pratiquant une activité physique d'intensité modérée et ceux pratiquant une activité physique intense et ont examiné si l'activité elle-même et son intensité avaient un impact sur le nombre de symptômes dépressifs rapportés. L'activité physique définie comme "modérée" comprenait la marche rapide ainsi que des activités ménagères, tandis que l'activité physique définie comme "vigoureuse" comprenait la randonnée ou le port de charges lourdes.

Les bienfaits physiques et mentaux du maintien en forme

Les participants à l'enquête, hommes et femmes, qui pratiquaient une activité physique modérée ou vigoureuse une ou plusieurs fois par semaine présentaient moins de symptômes dépressifs que ceux qui ne faisaient pas d'exercice ou qui effectuaient des activités ménagères impliquant une activité physique modérée au moins une fois en sept jours. Les auteurs proposent une explication à la fois physiologique et psychologique de cette observation : L'association entre une activité physique régulière, bien que modérée, et une activité physique intense et un nombre plus faible de symptômes dépressifs peut résulter de la libération de substances anti-inflammatoires et d'antioxydants déclenchée par l'activité physique, connue pour combattre le stress oxydatif souvent identifié comme un biomarqueur indiquant la dépression. En outre, l'activité physique régulière a un effet positif sur l'état d'esprit individuel en contribuant à l'amélioration de l'estime de soi et des liens sociaux formés par la participation à des cours de fitness ou à une salle de sport.

Implications pour les stratégies de gestion de la douleur

Dans toute l'Europe et en Israël, et indépendamment du sexe, il a été constaté que l'activité physique, qu'elle soit modérée ou vigoureuse, avait un impact sur le bien-être mental. En effet, les adultes qui ne pratiquaient une activité physique qu'une fois par semaine présentaient moins de symptômes dépressifs que ceux qui laissaient s'écouler plus de sept jours entre toute forme d'activité physique. Par conséquent, les programmes de santé publique conçus pour améliorer la santé mentale des adultes âgés en Europe et en Israël devraient inclure des politiques de promotion des activités physiques, car celles-ci améliorent non seulement la condition physique, mais renforcent également l'estime de soi et offrent une opportunité de socialisation.



Étude réalisée par Adilson Marques, Margarida Gaspar de Matos, Joana Bordado, Élvio R.Gouveia, Miguel Peralta et Diego Gomez-Baya (2020): Different levels of physical activity and depression symptoms among older adults from 18 countries: A population-based study from the Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe (SHARE). European Journal of Sport Science, DOI: 10.1080/17461391.2020.1795273

URL: https://doi.org/10.1080/17461391.2020.1795273

Cet article a été traduit de l'anglais au français. Cliquez ICI pour le lire en version originale.

Photo : Unsplash / Sriyoga Ashram